À propos du projet ASAP

De #jesuischarlie à #offenturen : archives et archivage du patrimoine nativement numérique faAsap-2ce aux attentats

(Acronyme du projet ASAP – Archives Sauvegarde Attentats Paris)

Projet financé par le CNRS (2016)

 

Résumé :

Les attaques qui ont frappé la France en janvier 2015, comme celles qui se sont produites à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015, ont donné lieu à une intense activité en ligne au cours des événements et dans les jours qui ont suivi. Celle-ci a émané à la fois de sites et d’organes d’information (avec notamment des fils d’informations en continu et des dispositifs de questions/réponses en direct), d’institutions (communication de crise de la RATP, du gouvernement, etc.) et des internautes, notamment via Twitter ou Facebook, sans compter les innombrables commentaires et débats dont cette communication a elle-même fait l’objet. Quelles sont les traces numériques laissées par cette réactivité aux évènements ? Comment envisager leur processus de captation et d’archivage en temps réel ? Comment documenter ce type d’archives et de corpus pour la recherche ? Que peut-on retirer de ces sources nativement numériques pour analyser ces événements au plan national et international, mais aussi pour saisir la participation des internautes, les formes d’expression en ligne et le rôle des réseaux socio-numériques au cours des journées et dans les semaines qui ont suivi, la communication de crise, ou encore les circulations médiatiques ?

Prenant pour point d’appui les archives du Web, cette recherche interdisciplinaire (informatique, SIC, sociologie, histoire notamment) a pour ambition, en partenariat avec les équipes de la BnF et de l’Ina chargées notamment du DL Web, de documenter la collecte du Web et de Twitter au cours des événements, d’interroger les conditions et possibilités d’élaboration de corpus, et de faire ressortir les premiers éléments qui peuvent émerger de ces données massives entre histoire visuelle, approche quantitative et qualitative, TAL, cartographie de liens, sémiologie, ou encore médiologie, pour analyser la fabrique de l’événement en ligne.

Petit_louis CC BY-SA 2.0

Petit_louis
CC BY-SA 2.0

From #jesuischarlie to #offenturen : the born digital heritage and its archiving during the events

The terror attacks that hit France in January 2015, and those in Paris and Saint-Denis on November 13th, 2015, sparked intense online activity both during the events, and in the following days. Information websites and organs (notably through live feeds and live Q&As), institutions (the RATP’s crisis communication, the government, etc.), and web users (notably via Twitter or Facebook), all participated in this huge online turn-out, which has in itself become the topic of endless comments and debates. What marks of this digital reaction are left? How can we conceive their real-time collection and archiving processes? How can we document this type of archive and corpus for scholarly use? What can we draw from born-digital sources to analyze those events, on one hand on a national and international scale, and on the other, to understand the participation of web users, their online means and methods of expression and the role that digital social networks have played during the events and in the following weeks, crisis communication, and media flows?
Based on Web archives, and with the help of the BnF and Ina’s Digital Legal Deposit teams, this interdisciplinary research project (notably gathering perspectives from Computer Science, Communication Studies, Sociology, and History) aims to document the archiving of the Web and of Twitter during the events, to question the conditions and possibilities of elaborating corpora, and to bring out the first elements which can emerge from these massive data, between visual History, quantitative and qualitative analysis, Natural Language Processing, link mapping, Semiology, or even Mediology, to analyze the online making of the event.