Journée d’études – 18 janvier 2017 « De la rue aux archives : les hommages aux victimes des attentats

En réaction aux attentats de janvier et novembre 2015, des millions de personnes descendent dans les rues pour manifester leur soutien aux victimes et faire front aux terroristes. Des mémoriaux éphémères apparaissent alors sur les sites des attentats, mais également à la place de la République à Paris, et sur les parvis des mairies en Province. Sur ces lieux de deuil et de rassemblement, des objets et messages s’accumulent : fleurs, bougies, peluches, mais aussi des photos, des dessins, et des textes, écrits à la main ou tapés à l’ordinateur. Le phénomène se reproduit en 2016 après les attentats de Bruxelles et de Nice notamment. Plusieurs archives françaises ont pu collecter ces témoignages, qui informent non pas sur les attaques en elles-mêmes, mais sur les réactions sociales que celles-ci produisent.

Cette journée d’études est un bilan d’étape sur le travail de collecte des messages post-attentats accompli par diverses institutions archivistiques françaises, dont les Archives de Paris, et sur les premiers résultats de plusieurs recherches scientifiques en cours.

Cette journée aura lieu aux Archives de Paris : 18 Bd Sérurier, 75019 Paris.

L’inscription est obligatoire, pour vous inscrire veuillez envoyer un email à DAC-Archives-Valorisation@paris.fr avant le 16 janvier 2017.

Mémorial de rue des attaques de Paris de novembre 2015, place Corbis, à Belfort. Thomas Bresson CC BY-SA 4.0

Mémorial de rue des attaques de Paris de novembre 2015, place Corbis, à Belfort.
Thomas Bresson
CC BY-SA 4.0

PROGRAMME : 

9h45 : Accueil

10h15 : Introduction par Guillaume Nahon, directeur des Archives de Paris

10h30-13h00 : Les réactions sociales aux attentats : mots et images

Présidente de session : Christine Rivalan-Guégo, CELLAM Université Rennes 2

– « Les mémoriaux éphémères : de janvier à novembre à 2015 »
Maëlle Bazin, CARISM Université Paris Panthéon-Assas
– « Des archives en contexte : détours par la rue »
Sarah Gensburger et Sylvain Antichan, ISP CNRS Université Paris Nanterre
– « Les archives du deuil collectif, de Madrid à Paris »
Gérôme Truc, ISP CNRS Université Paris Nanterre
– « Les registres de condoléances de la mairie du 11e arrondissement »
Hélène Frouard, CRH CNRS

13h00-14h30 : Pause déjeuner

14h30-15h00 : Association Dessinez, créez, liberté : les courriers reçus par Charlie Hebdo après le 7 janvier 2015
Camille Dieuaide et Séverine Teillot

15h00-17h00 :  Tables rondes « Archiver l’éphémère : pratiques et enjeux »

Modératrice : Maëlle Bazin, CARISM Université Paris Panthéon-Assas

Session 1
– Catherine Bernard, adjointe du directeur des archives municipales de Toulouse
– Eric Hervochon, responsable à la Direction de la Propreté et de l’Eau du XIe arrondissement
– Marie Penlaë, responsable de la collecte et du traitement aux archives municipales de Rennes
– Mathilde Pintault, responsable du département de la politique de collecte aux Archives de Paris

Session 2
– Lola Mirabail, conservatrice de bibliothèque à l’université Paris 8 et responsable France du projet Charlie Archive d’Harvard
– Yves Grenu, membre du collectif les Balayeuses Archivistiques LGBT
– Marie Christian, auteure de l’ouvrage La Mémoire des murs. Le street art est Charlie

17h15 : Discours de clôture par Arlette Farge

September 12. Community and Neighborhood Recovery at Ground Zero

9780814740842_FullLundi 6 juin, de 14h à 16h, rencontre avec Gregory C. Smithsimon pour la présentation de son ouvrage September 12. Community and Neighborhood Recovery at Ground Zero (NYU Press, 2011), consacré à l’impact des attentats du 11-Septembre sur les riverains du Word Trade Center et le quartier de Battery Park à New York.

Ce séminaire est organisé dans le cadre des projets de recherche « La réaction sociale aux attentats » (G. Truc) et « Les registres de la mémoire » (H. Frouard), soutenus par le CNRS (appel « Attentats-recherche »).

La discussion, assurée par Maëlle Bazin (doctorante au CARISM – IFP), sera l’occasion de confronter ce travail aux actuelles recherches en cours sur l’impact des attentats de janvier et novembre 2015 sur les habitants des 10ème et 11ème arrondissements de Paris.

Séminaire ouvert à tous. EHESS, 190-198 Avenue de France, Paris, salle 2. 

Pour toute information, contacter Gérôme Truc : gerome.truc(at)ehess.fr

Collectes d’urgence au moment des attentats de janvier et novembre 2015 (2/3) : entretien avec Annick Le Follic, Chargée de collections numériques, au département de dépôt légal de la BnF (entretien du 21 mars 2016)

Au titre de sa mission de bibliothèque dépositaire du dépôt légal du web, la BnF mène, en complément de ses collectes annuelles larges du domaine français, des collectes ciblées, mais peut aussi lancer des collectes d’urgence lors d’événements imprévus. Elle a notamment été à l’initiative de collectes spéciales au moment des attentats de janvier et novembre 2015 survenus à Paris. Nous avons rencontré Annick Le Follic, chargée de collections au département de dépôt légal de la BnF, afin de l’interroger sur les objectifs, modalités, réalisations et limites de ces collectes.

Marguerite Borelli : Pouvez-vous décrire les étapes de votre collecte d’urgence en janvier et novembre, de la prise de décision en passant par le processus, jusqu’au résultat ?

Annick Le Follic : Le lendemain des attentats contre Charlie Hebdo toute l’équipe s’est dit qu’il faudrait faire une collecte d’urgence. Dans la journée nous avons discuté au sein du service pour savoir quelle forme devait prendre cette collecte et la lancer aussitôt. Pour les attentats de novembre, qui ont eu lieu un vendredi soir, nous avons dû attendre le lundi matin pour faire une réunion et décider des modalités de la collecte, car la bibliothèque est fermée le samedi et dimanche.

Valérie Schafer : Aviez-vous déjà mené des collectes d’urgence ? Pouvez-vous nous donner des exemples ? Le processus est-il formalisé au sein de la BnF ?

Annick Le Follic : Dernièrement, nous avons lancé de telles collectes pour documenter les mouvements contre l’aéroport de Notre-Dame des Landes, et celui du Mariage pour tous. Nous faisons à la BnF des collectes d’urgence depuis très longtemps, selon des modèles différents. Le cadre juridique de notre activité du dépôt légal du web a été défini par la loi de 2006. Notre obligation légale est d’effectuer une collecte annuelle large du domaine français, mais nous nous sommes toujours dit que ce n’était pas suffisant. Comme notre cadre juridique est assez large, nous avons commencé des collectes d’urgence en 2007, après les présidentielles. Nous avons essayé plusieurs modèles, en modifiant les périmètres de la collecte, la profondeur, et la fréquence : trois critères que l’on peut moduler à notre guise pour avoir la meilleure image possible du web.

Dans l’histoire de la BnF, il y a eu des périodes différentes. Après l’élection de 2007, nous avons voulu garder une veille sur la vie politique, en dehors des périodes électorales. Nous avons donc créé la collection « Actupol », qui suivait une trentaine de sites de presse, partis politiques et syndicats, et que nous activions en cas de primaires, de manifestations, etc. Puis nous avons changé de modèle en 2010 : avant, nous n’avions que peu de serveurs, qu’il fallait prendre le temps de programmer et installer pour activer la collecte. En 2010, notre capital technique a été augmenté à 50 serveurs disponibles, ce qui signifie qu’il y a toujours un lot prêt à moissonner en permanence. Si je veux lancer une collecte, j’envoie une demande au DSI, et elle démarre dans la journée. A partir de 2010, on a donc voulu garder une disponibilité sur l’urgence. Nous avons constitué un ensemble à collecter « Urgences », accompagné d’une charte documentaire, résultant d’une réflexion avec notre réseau de bibliothécaires collaborateurs, ainsi qu’un tableau des responsabilités (par exemple qui est habilité à décréter une urgence). Selon notre définition, une urgence en termes de collecte du web peut être liée à un événement éphémère ou liée à la disparition prochaine d’un site web (parfois les propriétaires nous les signalent). Ce mode implique une veille régulière de nos correspondants, il est intensif en capital humain.

En parallèle, nous avons lancé deux collectes plus automatiques : « Actualités », qui regroupe 100 titres de presse français, collectés chaque jour à 10 h du matin (page d’accueil et un clic) ; et « Presse payante », qui regroupe 25 titres de presse (surtout régionale, mais aussi Médiapart) dont on collecte la version abonnés chaque jour à 14 h.

Ces collectes sont très importantes car elles tournent le weekend, et nous évitent de rater des événements. Comme elles couvrent toute l’actualité, elles ont supplanté nos collectes d’urgence. Par exemple, les attentats de janvier et novembre étaient déjà couverts en partie par les collectes « Actualités » et « Presse payante » : l’urgence était donc plus sur les réseaux sociaux numériques, que nous couvrons d’habitude seulement lors d’élections ou de collectes programmées. Nous avons toutefois capturé des pages web complémentaires, à partir des URL remontées, à notre demande, par notre réseau de correspondants (approximativement 100 bibliothécaires). Notre robot Heritrix a capturé les pages signalées à deux clics de profondeur.

Lire la suite

The September 11 Digital Archive

The September 11 Digital Archive uses electronic media to collect, preserve, and present the history of September 11, 2001 and its aftermath. The Archive contains more than 150,000 digital items, a tally that includes more than 40,000 emails and other electronic communications, more than 40,000 first-hand stories, and more than 15,000 digital images. In September 2003, the Library of Congress accepted the Archive into its collections, an event that both ensured the Archive’s long-term preservation and marked the library’s first major digital acquisition.

Une collection à explorer qui permet notamment de découvrir des documents nativement numériques, par exemple des documents d’animation, fichiers flash, jeux vidéo, etc., comme Bade Dudes vs Osama bin Laden.

Capture d’écran 2016-03-16 à 23.10.55

AAC Technologies numériques et diffusion de l’information pendant les périodes de conflit et de crise dans le monde

Revue Communication, technologie et développement

Appel à contributions du numéro « Technologies numériques et diffusion de l’information pendant les périodes de conflit et de crise dans le monde » coordonné par Christian Agbobli, Katia Maria Belisario, Jean-Jacques Bogui.

Call for papers of the issue “Digital technologies and the dissemination of information in conflicts and crises times in the world”, coordinated by Christian Agbobli, Katia Maria Belisario, Jean-Jacques Bogui. Please kindly circulate it in your networks.

Date limite: 30 avril 2016

AAC / Call for paper