Présentation de N. Brügger 29/11 ASAP

An outline of a typology of media events and their impact on web archiving: Dayan & Katz revisited

In his presentation Niels Brügger presented a theoretical framework for understanding media events, in general and in relation to today’s digital media, including web. The presentation takes Daniel Dayan & Elihu Katz’ seminal book from 1992 _Media Events — Live Broadcasting of History_ as a starting point.

Niels Brügger is Professor in Internet Studies and Digital Humanities, Department of Media Studies, Aarhus University, and head of the Centre for Internet Studies, and of NetLab. He has since the late 1990s worked with web history and the methodological and theoretical challenges related to the use of archived web as a source. He is co-founder of the new international journal Internet Histories.


Voir la Presentation vidéo-projetée.


Collectes d’urgence au moment des attentats de janvier et novembre 2015 (2/3) : entretien avec Annick Le Follic, Chargée de collections numériques, au département de dépôt légal de la BnF (entretien du 21 mars 2016)

Au titre de sa mission de bibliothèque dépositaire du dépôt légal du web, la BnF mène, en complément de ses collectes annuelles larges du domaine français, des collectes ciblées, mais peut aussi lancer des collectes d’urgence lors d’événements imprévus. Elle a notamment été à l’initiative de collectes spéciales au moment des attentats de janvier et novembre 2015 survenus à Paris. Nous avons rencontré Annick Le Follic, chargée de collections au département de dépôt légal de la BnF, afin de l’interroger sur les objectifs, modalités, réalisations et limites de ces collectes.

Marguerite Borelli : Pouvez-vous décrire les étapes de votre collecte d’urgence en janvier et novembre, de la prise de décision en passant par le processus, jusqu’au résultat ?

Annick Le Follic : Le lendemain des attentats contre Charlie Hebdo toute l’équipe s’est dit qu’il faudrait faire une collecte d’urgence. Dans la journée nous avons discuté au sein du service pour savoir quelle forme devait prendre cette collecte et la lancer aussitôt. Pour les attentats de novembre, qui ont eu lieu un vendredi soir, nous avons dû attendre le lundi matin pour faire une réunion et décider des modalités de la collecte, car la bibliothèque est fermée le samedi et dimanche.

Valérie Schafer : Aviez-vous déjà mené des collectes d’urgence ? Pouvez-vous nous donner des exemples ? Le processus est-il formalisé au sein de la BnF ?

Annick Le Follic : Dernièrement, nous avons lancé de telles collectes pour documenter les mouvements contre l’aéroport de Notre-Dame des Landes, et celui du Mariage pour tous. Nous faisons à la BnF des collectes d’urgence depuis très longtemps, selon des modèles différents. Le cadre juridique de notre activité du dépôt légal du web a été défini par la loi de 2006. Notre obligation légale est d’effectuer une collecte annuelle large du domaine français, mais nous nous sommes toujours dit que ce n’était pas suffisant. Comme notre cadre juridique est assez large, nous avons commencé des collectes d’urgence en 2007, après les présidentielles. Nous avons essayé plusieurs modèles, en modifiant les périmètres de la collecte, la profondeur, et la fréquence : trois critères que l’on peut moduler à notre guise pour avoir la meilleure image possible du web.

Dans l’histoire de la BnF, il y a eu des périodes différentes. Après l’élection de 2007, nous avons voulu garder une veille sur la vie politique, en dehors des périodes électorales. Nous avons donc créé la collection « Actupol », qui suivait une trentaine de sites de presse, partis politiques et syndicats, et que nous activions en cas de primaires, de manifestations, etc. Puis nous avons changé de modèle en 2010 : avant, nous n’avions que peu de serveurs, qu’il fallait prendre le temps de programmer et installer pour activer la collecte. En 2010, notre capital technique a été augmenté à 50 serveurs disponibles, ce qui signifie qu’il y a toujours un lot prêt à moissonner en permanence. Si je veux lancer une collecte, j’envoie une demande au DSI, et elle démarre dans la journée. A partir de 2010, on a donc voulu garder une disponibilité sur l’urgence. Nous avons constitué un ensemble à collecter « Urgences », accompagné d’une charte documentaire, résultant d’une réflexion avec notre réseau de bibliothécaires collaborateurs, ainsi qu’un tableau des responsabilités (par exemple qui est habilité à décréter une urgence). Selon notre définition, une urgence en termes de collecte du web peut être liée à un événement éphémère ou liée à la disparition prochaine d’un site web (parfois les propriétaires nous les signalent). Ce mode implique une veille régulière de nos correspondants, il est intensif en capital humain.

En parallèle, nous avons lancé deux collectes plus automatiques : « Actualités », qui regroupe 100 titres de presse français, collectés chaque jour à 10 h du matin (page d’accueil et un clic) ; et « Presse payante », qui regroupe 25 titres de presse (surtout régionale, mais aussi Médiapart) dont on collecte la version abonnés chaque jour à 14 h.

Ces collectes sont très importantes car elles tournent le weekend, et nous évitent de rater des événements. Comme elles couvrent toute l’actualité, elles ont supplanté nos collectes d’urgence. Par exemple, les attentats de janvier et novembre étaient déjà couverts en partie par les collectes « Actualités » et « Presse payante » : l’urgence était donc plus sur les réseaux sociaux numériques, que nous couvrons d’habitude seulement lors d’élections ou de collectes programmées. Nous avons toutefois capturé des pages web complémentaires, à partir des URL remontées, à notre demande, par notre réseau de correspondants (approximativement 100 bibliothécaires). Notre robot Heritrix a capturé les pages signalées à deux clics de profondeur.

Lire la suite

1ère rencontre Lab Ina DL Web dédiée à l’archivage des RSN Attentats Paris

La première rencontre du Lab InaDLWeb  se déroulera le 1er Avril de 15h à 17h30 dans les emprises de l’Ina, sur le site de la BnF François-Mitterrand.

La séance portera sur les problématiques et enjeux liés à la collecte, à l’archivage et au traitement des  Tweets produits et diffusés en réaction aux attentats de 2015 à Paris ainsi que sur l’usage de la collection pour et par la recherche . 

Déroulé de séance :

15h00-15h45:  Présentation des modalités de collecte , indexation, archivage par l’Ina d’un corpus de plus de  20 M de  tweets en lien avec les événements

-15h45-16h30 :  Présentation des outils  existants de traitement et visualisation du corpus 

– 16h30 -17 h30 : « Hands on » /Travaux pratiques  : Accès à l’interface de consultation des Tweets archivés depuis ordinateurs portables individuels  pour prise en main et analyse

-17h30-18h00 : discussions, échanges, expression des besoins

AAC Technologies numériques et diffusion de l’information pendant les périodes de conflit et de crise dans le monde

Revue Communication, technologie et développement

Appel à contributions du numéro « Technologies numériques et diffusion de l’information pendant les périodes de conflit et de crise dans le monde » coordonné par Christian Agbobli, Katia Maria Belisario, Jean-Jacques Bogui.

Call for papers of the issue “Digital technologies and the dissemination of information in conflicts and crises times in the world”, coordinated by Christian Agbobli, Katia Maria Belisario, Jean-Jacques Bogui. Please kindly circulate it in your networks.

Date limite: 30 avril 2016

AAC / Call for paper