#jesuischarlie, ou le médium identité

Le 7 janvier 2015 à 12h52, @jachimroncin publie sur Twitter une image qu’il a réalisée en hommage à la rédaction de Charlie Hebdo, où douze personnes viennent d’être assassinées. On y lit, en lettres blanches et grises sur fond noir dans une typographie inspirée du logo de l’hebdomadaire les mots JE SUIS CHARLIE. Dès 12h59, le message commence à circuler sur Internet accompagné du hashtag #jesuischarlie. […] Cette combinaison du slogan, du visuel et du mot-clé constitue un cas remarquable de viralité numérique, en termes d’étendue géographique et de vitesse de propagation. Mais sa dynamique, tant technique que symbolique, en fait surtout un phénomène médiologique exemplaire, qui dépasse de loin ses enjeux strictement médiatiques. C’est la première fois dans l’histoire qu’un mouvement d’opinion de grande ampleur, allant jusqu’à rassembler près de 4 millions de personnes dans la rue, adopte comme bannière une image et une devise issues de Twitter. On peut y lire le signe d’un basculement consommé de la société dans l’hypersphère. Quand bien même le nombre d’utilisateurs actifs sur la plateforme est encore très inférieur à celui des téléspectateurs ou des lecteurs de PQR, le rapport de force entre les sphères médiatiques s’est, sinon inversé, du moins rééquilibré : les “grands médias” sont de plus en plus contraints de suivre le web, et un hashtag peut désormais voyager bien au-delà de la plateforme et même de l’Internet, jusque dans la rue. En bref, il n’est plus besoin d’être sur Twitter pour que nos actions ou nos représentations soient en partie influencées par ce qui se passe sur Twitter…

Lire la suite

Pour citer l’article :

Louise Merzeau “#jesuischarlie, ou le médium identité”, Médium, Charlie et les autres,       N°43, 2015/2, p. 36-46.

« Je ne suis pas Charlie ». Pluralité des prises de parole sur le web et les réseaux sociaux

Romain Badouard. « Je ne suis pas Charlie ». Pluralité des prises de parole sur le web et les réseaux sociaux. Le Défi Charlie. Les médias à l’épreuve des attentats, 2016. <hal-01251253>

Résumé : Les attentats des 7, 10 et 11 janvier 2015 ont suscité une vive émotion au sein de la population française et dans les médias. Cette émotion s’est notamment exprimée à travers le slogan « Je suis Charlie », que l’on a retrouvé sur les réseaux sociaux, sur les pancartes des manifestants, en Une des quotidiens ou sur les bandeaux des chaînes de télévision. Sous cette unanimité de façade, des voix discordantes ont cherché à se faire entendre pour dire que, si elles condamnaient sans réserve les attentats, elles n’étaient pas Charlie. Dans les grands médias, il faudra plusieurs jours aux journalistes pour interroger et rendre compte de cette polyphonie. Sur le web à l’inverse, les « anti-Charlie », les « non Charlie » et les « Charlie mais » se font entendre quasi instantanément après l’annonce des attaques, à travers des hashtags, des groupes Facebook, des posts de blogs. Au début du mois de février 2015, nous avons analysé des centaines de prises de position sur le web et les réseaux sociaux, s’exprimant à travers une grande diversité de contenus, en cherchant à comprendre qui étaient les « Je ne suis pas Charlie », et quelles étaient leurs motivations pour affirmer des positions à rebours d’une supposée « unité nationale ». Ce sont les résultats de cette étude qui sont livrés dans ce chapitre.

Olivier Ortelpa 11 janvier 2015 CC BY-SA 2.0

photographie d’Olivier Ortelpa
11 janvier 2015
CC BY-SA 2.0