Equipe et partenaires

Page en construction

Porteur

Valérie Schafer (ISCC, CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC)

Participants

Membres des axes « Trajectoires du numérique » et « Modélisation des interactions temporelles » (ISCC) et membres du projet ANR Web90

Autres enseignants-chercheurs

  • Romain Badouard (Agora, Université de Cergy-Pontoise)
  • Lucien Castex (MCPN/CIM, Université Sorbonne Nouvelle)

Équipes de la BnF : Equipe DLWeb, DDL/DLN (service du dépôt légal numérique) – DSI

  • Marie Chouleur (Cheffe du service du dépôt légal numérique)

Équipes de l’INA : Equipe Ina DLweb, InaTHEQUE

  • Claude Mussou (Chef du Service InaTHEQUE, Direction déléguée aux collections)
  • Zeynep Pehlivan (Institut National de l’Audiovisuel, Dlweb, France)
  • Thomas Drugeon (Institut National de l’Audiovisuel, Dlweb, France)
  • Jérôme Thièvre (Institut National de l’Audiovisuel, Dlweb, France)

Logo_ina_90

Groupe de recherche européen RESAW (A research infrastructure for the study of archived web materials) http://resaw.eu

  • Niels Brügger (Professor, Head of the Centre for Internet Studies, and of NetLab, School of Communication and Culture, Aarhus University, Danemark)
  • Daniel Gomes (Leader of the Portuguese Web Archive and manager of the web development team at the Portuguese National Foundation for Scientific Computing (FCCN).
  • Ditte Laursen (State Media Archive, State Library, Denmark)
  • Jane Winters (Professor of Digital History at the Institute of Historical Research (IHR), Grande-Bretagne)

Biographies

Romain Badouard (Agora, Université de Cergy-Pontoise)

ID 2015Romain Badouard est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Cergy-Pontoise, et chercheur au sein du laboratoire AGORA. Après une thèse en SIC à l’Université de Technologie de Compiègne entre 2008 et 2012, il rejoint le Centre de Sociologie de l’Innovation (Mines ParisTech), avant d’être recruté à l’UCP. Ses travaux portent principalement sur les mouvements d’opinion, la participation politique et les actions collectives en ligne. Il a contribué à différents projets de recherche en lien avec les enjeux politiques des technologies numériques (régulation d’internet, campagnes électorales en ligne, circulation des informations sur les réseaux sociaux). Suite aux attentats de janvier 2015, il s’est intéressé au mouvement des « Je ne suis pas Charlie » sur le web et les réseaux sociaux, à travers une étude publiée dans Le Défi Charlie. Il est par ailleurs membre des comités de rédaction des revues Hermès et Participations.

Lucien Castex (MCPN/CIM, Université Sorbonne Nouvelle)

Lucien Castex est ingénieur de recherche, membre du laboratoire Communication information médias, équipe Médias, cultures et pratiques numériques à l’université Sorbonne Nouvelle. Il rejoint le projet ANR ENEID après 3 ans passés comme chargé d’études à l’Institut national de l’audiovisuel en partenariat avec le laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (Ecole des Ponts ParisTech, Université Paris-Est, CNRS) où il travaille sur le traitement médiatique de l’information. Lucien Castex est formé au droit (Université Panthéon-Assas) et aux sciences sociales (ENS, Université Paris Sorbonne) et s’intéresse en particulier à la régulation de la communication et des pratiques numériques: vie privée, police du discours, archivage et données ouvertes notamment.

Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC – CNRS, Paris Sorbonne, UPMC)

arton1134-b3ee4Mélanie Dulong de Rosnay est chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS et chercheuse invitée dans le Department of Media and Communications de la London School of Economics. Diplômée de l’IEP de Lyon et docteure en droit (Université Paris 2), chercheuse associée au Cersa (CNRS Université Paris 2), où elle a été responsable juridique de Creative Commons France de 2003 à 2013, elle a été chercheuse au Berkman Center for Internet & Society de la Harvard Law School (2007-08) et à l’Institute for Information Law de l’Université d’Amsterdam (2009-10) avant de rejoindre le CNRS en 2010. Elle a co-fondé en 2011 l’association internationale Communia pour le domaine public numérique qu’elle préside actuellement et représente à l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle en tant qu’observateur. Ses recherches portent sur les biens communs, l’accès à la connaissance, les architectures distribuées, la production par les pairs, l’ouverture des informations du secteur public et des données scientifiques. Elle est engagée dans les projets de recherche suivants : Commons-based peer-production, membre du projet européen P2Pvalue; Ouverture des informations du secteur public, membre du Réseau européen LAPSI 2.0; Architectures distribuées, membre du projet ANR ADAM; Practices and Depositories for The Public Domain, Google Grant programme 2014; Architectures alternatives de l’internet, PEPS CNRS 2014. Depuis 2003 elle enseigne le droit d’auteur et a participé à des projets de recherche dans les domaines suivants : politiques d’accès ouvert, interopérabilité des licences ouvertes, partage des données scientifiques et du patrimoine culturel, domaine public, métadonnées et ontologies juridiques, les langages d’expression des droits, e-science, publication électronique, accès ouvert, standardisation technique et recherche d’information musicale.

Fanny Georges (CIM/MCPN, Paris 3)

Fanny photo ID

Fanny Georges a obtenu en 2007 son doctorat en Études Culturelles à l’Université Paris 1, pour sa thèse « Sémiotique de la Représentation de soi dans les dispositifs interactifs ». Après 3 ans de postdoctorat au CNRS et à Telecom ParisTech, elle est depuis 2011 Maître de conférence en Communication à l’Université Paris 3 (CIM/MCPN). Dans le cadre de ses recherches en sémio-pragmatique de la communication numérique, elle a développé une approche originale de l’identité numérique qui consiste en la conception de modèles analytiques (ex. modèle de l’identité numérique), permettant, en collaboration avec des équipes en informatique (LIRMM, CNRS/Montpellier), le développement de visualisations innovantes des usages. Elle a travaillé également sur les usages du jeu vidéo. Relectrice invitée pour plusieurs revues internationales françaises, belges et canadiennes (dont Communication, RICSP, Recherches en communication, Communication et langages), elle a été sollicitée comme évaluatrice de projets en France (ANR) et au Canada (Conseil de recherches en sciences humaines du Canada) et fait partie du comité d’encadrement de 3 thèses à l’Université Paris 3, à l’Université Catholique de Louvain et à l’Université de Namur. Elle a obtenu et coordonné en 2011 un projet PEPS (Projets Exploratoires Pluridisciplinaires de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS) rassemblant une dizaine de chercheurs du CNRS et de Telecom ParisTech, en informatique et sciences humaines. Elle a participé au PEPS PATRIMONIUM porté par Valérie Schafer en 2013. Elle est la coordinatrice du projet ENEID (Éternités numériques. Les identités numériques post mortem et les usages mémoriaux innovants du web au prisme du genre) retenu par l’ANR en 2013 (2013-2017), participe au projet MINWEB (Minorités sur le web) financé par le programme Emergences de la Ville de Paris (2013-2017) et est coporteuse d’un programme interdisciplinaire de recherche sélectionné en 2013 par le PRES Sorbonne Paris-Cité sur les données personnelles et biologiques (2013-2014). Elle a en outre coordonné un séminaire pluridisciplinaire sur l’avatar en 2007-2008 à l’Inathèque et coordonne depuis 4 ans avec V. Schafer, à l’ISCC, le séminaire Histoires de l’internet (HINT).

Stéphanie Le Gallic (ISCC)

Capture d’écran 2015-09-22 à 11.10.14

Stéphanie Le Gallic a obtenu en 2014 son doctorat en histoire à l’université Paris-Sorbonne pour sa thèse « Les messages de lumière. La publicité lumineuse à Paris, Londres et New York depuis la fin du XIXe siècle » dans laquelle elle abordait des thématiques très larges telles la globalisation de la communication, les processus d’appropriation technique et la circulation des savoirs.

Elle est actuellement en post-doctorat à l’ISCC où elle apporte son expertise en matière d’histoire de la publicité dans le cadre du projet Web90. Elle s’intéresse à la fois à l’appropriation, au développement et à la structuration de la publicité numérique et à la manière dont la « communauté internet » (les FAI par exemple) a su elle-même s’autopromouvoir.

Louise Merzeau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Laboratoire Dicen-IDF)
Logo-Dicen-IDF

louisemerzeau2013Louise Merzeau, docteur en sciences de l’information et de la communication, HDR en 71e section, est maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense depuis 1994, où elle codirige le département Infocom. Elle conduit ses recherches dans le cadre du laboratoire Dicen-IDF, dont elle est directrice adjointe, et où elle est en charge de l’axe «Traçabilité, mémoires et identités numériques». Dans ce cadre, elle mène des travaux relevant d’une approche médiologique sur les usages et les enjeux épistémologiques et sociétaux des dispositifs numériques. Sur ces thématiques, elle pilote le projet PROFIL, dans le cadre du labex Passés dans le présent et elle assure le pilotage scientifique des ateliers du dépôt légal du Web à l’Ina depuis 4 ans. Par le passé, elle a participé au projet Prodoper (2007) et piloté le projet Proteus (2010), tous deux financés par l’ISCC-CNRS, et codirigé le numéro 53 d’Hermès sur « Traçabilité et réseaux ». Ancienne rédactrice en chef des Cahiers de médiologie, elle est membre des comités de rédaction des revues MédiumDocumentaliste-Sciences de l’information, Intermédialités et InaGlobal, et cofondatrice de la collection « Intelligences numériques » aux Presses universitaires de Paris Ouest.

Francesca Musiani (ISCC – CNRS, Paris Sorbonne, UPMC)

Unknown copieFrancesca Musiani, docteur en socio-économie de l’innovation, est actuellement chargée de recherche à l’ISCC. Auparavant elle était ingénieure de recherche contractuelle au Centre de Sociologie de l’Innovation de MINES ParisTech/CNRS, où elle a mené son travail doctoral entre 2008 et 2012, et chercheuse associée au Berkman Center for Internet and Society de l’université de Harvard (Cambridge, MA, Etats-Unis). Elle a récemment effectué une année de post-doctorat aux Etats-Unis en tant que Yahoo! Fellow in Residence pour 2012-13 à l’Institut d’études diplomatiques de l’université de Georgetown (Washington, DC). Ses travaux de recherche principaux portent, dans une perspective interdisciplinaire, sur la gouvernance de l’Internet ; ils se sont inscrits dans les projets ANR Vox Internet (2006 – 2010) et ADAM-Architectures distribuées et applications multimédias (2010 – en cours), et plus récemment, dans le projet européen STREP P2Pvalue (2013 – en cours). Elle s’intéresse également aux changements des pratiques d’écriture et d’édition à l’ère du numérique, aux « croisements inédits » entre droit(s) et technologies de l’information, aux TIC pour le développement, et aux mécanismes de résolution des controverses en ligne. Auteure de Nains sans géants. Architecture décentralisée et services Internet, publié en 2013 aux Presses des Mines, elle écrit régulièrement des articles d’analyse pour l’Internet Policy Review, une publication de l’Alexander von Humboldt Institut fur Internet und Gesellschaft basé à Berlin, Allemagne. Francesca est la responsable du Réseau jeunes chercheurs de l’AIERI et a été récemment réélue coordonnatrice des relations extérieures du Global Internet Governance Academic Network (GigaNet).

Camille Paloque-Berges (HT2S, CNAM)

Camille-2Docteur en Sciences de l’information et de la communication, elle est ingénieure de recherche depuis 2013 au laboratoire Histoire des Technosciences en Société (HT2S, Conservatoire national des arts et métiers). Spécialiste de communications numériques en réseau elle a mené des recherches sur l’histoire des réseaux informatiques de communication du point de vue des utilisateurs et publics. Elle est membre associée du laboratoire DICEN (Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ere numérique, Cnam) et du LabEX HASTEC (Histoire et Anthropologie des Savoirs, Techniques et Croyances) au sein duquel elle a effectué son post-doctorat en 2012-2013. Travaillant sur l’histoire des réseaux informatiques de communication, ses recherches portent sur le rôle des communautés d’utilisateurs dans le développement des infrastructures et usages associés et dans la médiation d’une culture scientifique et technique d’Internet. Elle conduit une recherche méthodologique sur les nouveaux matériaux numériques, et a organisé la journée d’étude du LabEx HASTEC « Les sources nativement numériques pour la recherche en histoire et patrimoine : pratiques et méthodes », le 9 décembre 2013 au Cnam en partenariat avec les laboratoires DICEN, HT2S, et le projet PATRIMONIUM/Patrimoine en Réseaux : enjeux, perspectives et tensions (PEPS interdisciplinaire de l’ISCC/CNRS). Elle participe au groupe de travail CoMeRe (Communication Médiée par les Réseaux) du Consortium Ecrits (TGIR HumaNum, CNRS) ainsi qu’aux réseaux d’échanges RESAW (A Research Infrastructure for the Study of Archived Web materials, piloté par le NetLab, Université d’Aarhus, Danemark) et « Pour un musée de l’informatique et de la société numérique » (piloté par le Cnam et le Musée des Arts et Métiers). Elle est l’auteure de Poétique des codes sur les réseaux informatiques (2009, Archives contemporaines).

Valérie Schafer (ISCC, CNRS, Paris Sorbonne, UPMC)

Logo%20en%20pave%cc%81%20bleuPhoto © Inria / C. Tourniaire

vschaferValérie Schafer (porteuse du projet) est chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS depuis 2010. Docteur en histoire (université Paris Sorbonne), sa thèse intitulée « Des réseaux et des hommes. Les réseaux à commutation de paquets, un enjeu pour le monde des télécommunications et de l’informatique (années 1960-1980) » sous la direction de Pascal Griset portait en particulier sur les réseaux Cyclades, Transpac, les protocoles X25, OSI, TCP/IP, les enjeux de développements des réseaux de données dans le monde des chercheurs en télécommunications et informatique. Elle mène actuellement de recherches sur le développement de l’Internet et du Web en France et en Europe dans les années 1990-2000 et a pu déjà apporter des contributions à cette histoire (histoire de RENATER, coordination du numéro de la revue Le Temps des Médias avec Jérôme Bourdon « Histoire de l’Internet, Internet dans l’histoire », en 2011). Secrétaire générale de la Société pour l’histoire des Médias (SPHM), coordinatrice du pôle Trajectoires du numérique de l’ISCC, elle est membre du comité de rédaction des revues Hermès et Le Temps des médias, et responsable avec Benjamin Thierry de la rubrique histoire de la revue informatique Technique et Science Informatique (TSI). Elle co-organise depuis 2010 avec Fanny Georges le séminaire Histoires de l’Internet. Elle a organisé en juin 2012 le colloque « 3615 ne répond plus. La fin du Minitel » et co-organisé les 15 et 16 mai 2014 le colloque international « Femmes, genre et technologies de l’information et de la communication en Europe (XIX°-XXI° siècles) » (LabEx EHNE, ISCC). Elle participe depuis deux ans au groupe de recherche européen RESAW (A Research Infrastructure for the Study of Archived Web materials, piloté par le NetLab, Université d’Aarhus, DK) qui rassemble professionnels de l’archivage du Web en Europe (BnF, INA, Library of Congress, etc.) et chercheurs.

Benjamin Thierry (Paris Sorbonne)

Unknown

Benjamin Thierry est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne. Docteur en histoire contemporaine, sa thèse sous la direction du Pr Pascal Griset est intitulée « Donner à voir, permettre d’agir. L’invention de l’interactivité graphique et du concept d’utilisateur en informatique et en télécommunications en France (1961-1990) ». Celle-ci étudie la mise en place des interfaces graphiques en France et interroge les processus de définition de l’utilisateur dans la réalisation des systèmes interactifs depuis les premières tentatives menées dans l’aviation civile hexagonale jusqu’à la déferlante américaine dans la seconde moitié des années 1980 en passant par la télématique. Il mène aujourd’hui des recherches sur le développement de la culture numérique en France au travers de l’appropriation des dispositifs interactifs par le grand public (Thierry, 2012), les acteurs de la recherche (Thierry 2010 ; Schafer, Thierry, 2012) ou les grands organismes publics (Thierry, 2014). Il a notamment dirigé avec P. Griset le numéro spécial de la revue Flux, « L’histoire de la modélisation des réseaux techniques » en 2012 et publié avec V. Schafer en 2012 l’ouvrage Le Minitel. L’enfance numérique de la France. Ses recherches autour de l’enseignement au et par le numérique ainsi que son poste d’enseignant délégué aux humanités numériques et aux systèmes d’information auprès de la présidence de l’université Paris-Sorbonne jettent un pont entre sa pratique d’enseignant et ses recherches. Benjamin Thierry est également responsable avec Valérie Schafer de la rubrique histoire de la revue informatique Technique et Science Informatique (TSI) et membre du comité de rédaction de la revue Flux, Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et territoires.