The September 11 Digital Archive

The September 11 Digital Archive uses electronic media to collect, preserve, and present the history of September 11, 2001 and its aftermath. The Archive contains more than 150,000 digital items, a tally that includes more than 40,000 emails and other electronic communications, more than 40,000 first-hand stories, and more than 15,000 digital images. In September 2003, the Library of Congress accepted the Archive into its collections, an event that both ensured the Archive’s long-term preservation and marked the library’s first major digital acquisition.

Une collection à explorer qui permet notamment de découvrir des documents nativement numériques, par exemple des documents d’animation, fichiers flash, jeux vidéo, etc., comme Bade Dudes vs Osama bin Laden.

Capture d’écran 2016-03-16 à 23.10.55

Documenting the 2015 Paris attacks web archives (1/3) : An interview with the Archive-It team

This post is the first in a series of three interviews conducted by the ASAP project team, aimed at documenting the web archives of the 2015 Paris attacks and their making, through a dialogue with the web archiving professionals from the institutions that have created event based collections on the attacks: Archive-It, the BnF and the Ina.

The first interview documents Archive-It’s Charlie Hebdo collection. It was conducted through an email exchange (11-17 March, 2016), between Valérie Schafer and Marguerite Borelli, and Jefferson Bailey, Internet Archive’s Web Archiving Programs Director of the Archive-It, and Sylvie Rollason-Cass, web archivist in charge of the Charlie Hebdo attacks fund within the Archive-It team.

Archive-It is a subscription service offered by the pioneering web archiving institution Internet Archive. Launched in 2006, it allows its partner organizations to benefit from the Internet Archive’s infrastructure, experience and know-how in terms of web archiving.

site Archive-It Charlie Hebdo collection https://archive-it.org/collections/5190

site Archive-It
Charlie Hebdo collection
https://archive-it.org/collections/5190

Q1: You have worked with many IIPC members to collect the Web in relation to the Charlie Hebdo attacks: How was this partnership organized (was it a formal process or was it spontaneous?)? Did the same type of partnership and collection take place for the November attacks?

Jefferson Bailey & Sylvie Rollason-Cass : As an IIPC member we have collaborated with other member organizations on event based collections in the past. We at the Internet Archive began crawling some news and social media sites related to the event shortly after the attack on the Charlie Hebdo offices. We heard from BnF that they were beginning to nominate URLs related to the attack to archive as well and offered to collaborate with them and other IIPC organizations on building one collection. 
A similar, but smaller, effort was made to create a collection related to the November attacks. That collection to date has only received URL nominations from the BnF.

Q2: When did these emergency collections begin? (with which events? and which of them were the most important ?) How do you decide to launch a special collection? Who decides ?

JB & SRC: The first event based collection that Archive-It and the Internet Archive worked on was started in 2007 in collaboration with Virginia Tech* to document the April 16th, 2007 shooting that took place on their campus. Since then we have built over 15 event based collections with collaboration and URL nominations coming from subject matter experts, as well as via crowd sourcing.
We rely on a collaborative model that gets input from subject matter experts and/or has significant participation via crowd sourcing. This informs how event-based collections are planned and managed. Examples of this include the Nepal Earthquake collection, which is comprised of URLs nominated by Yale University, the Bodleian Library, and Columbia University, and the Boston Marathon collection, which relied heavily on crowd sourced URL nominations.

Q3: What are the goals and achievements of these collections and theirs limits?

JB & SRC: The goal of these collections is to establish an accessible archive of web content related to a specific event, capture at risk content during times of crisis, and provide open access to the archived content for research and general browsing. As mentioned, we’re a small team so one of the primary limits to creating these collections is personnel time and resources. The only limits is that we are constrained in building and managing spontaneous collections just by ourselves, so the collaborative model is essential to their success and sustainability.

Q4: Have you got an idea of the number of visites of the Charlie Hebdo archives after one year?

JB & SRC: Not off hand. It is a bit complicated to measure traffic at the collection level for an internally-managed account. So we don’t have stats handy. We are working towards getting collection-specific traffic, but aren’t there yet.

Q5: The Charlie Hebdo fund on Archive-It contains archives of Facebook and Twitter (see here for example). Considering that these archives –which hold a lot of personal data, are publicly available, what is their legal status?

JB & SRC: The Internet Archive’s mission is « Universal Access to All Knowledge » and to help preserve the artifacts that document our shared culture and heritage in order to create an Internet library for researchers, historians, and scholars. More and more of these artifacts now exist in digital form and thus our mission includes collecting web resources that are publicly available.
Details about our web archives and policies can be found on our website: https://archive.org/about/faqs.php#The_Wayback_Machine and in Internet Archive’s Terms of Use, Privacy Policy, and Copyright Policy, available here: https://archive.org/about/terms.php

* Virginia Tech University operates the Crisis, Tragedy and Recovery Network, a fund regrouping event based web archives on sudden tragic events and crises, hosted in part by Archive-It.

AAC : Freedom and Control of Expression in the Digital Aftermath of the Paris Attacks

Les communications se feront en anglais mais nous acceptons des propositions en français (articles de moins de 25 pages ou résumés de 2 pages)

La date limite d’envoi des propositions est le 1er avril prochain. L’inscription à la conférence est gratuite et il y a la possibilité de prise en charge du déplacement à Toulouse sous conditions. Ci-dessous l’appel intégral et les modalités de soumission. Pour plus d’information merci de visiter le site de la conférence.

Les organisateurs

Jen Schradie (IAST), Sandra Vera Zambrano (Sciences Po Toulouse – LASSP), Nikos Smyrnaios (Université Toulouse 3  – LERASS)
Capture d’écran 2016-03-18 à 11.29.40

#jesuischarlie, ou le médium identité

Le 7 janvier 2015 à 12h52, @jachimroncin publie sur Twitter une image qu’il a réalisée en hommage à la rédaction de Charlie Hebdo, où douze personnes viennent d’être assassinées. On y lit, en lettres blanches et grises sur fond noir dans une typographie inspirée du logo de l’hebdomadaire les mots JE SUIS CHARLIE. Dès 12h59, le message commence à circuler sur Internet accompagné du hashtag #jesuischarlie. […] Cette combinaison du slogan, du visuel et du mot-clé constitue un cas remarquable de viralité numérique, en termes d’étendue géographique et de vitesse de propagation. Mais sa dynamique, tant technique que symbolique, en fait surtout un phénomène médiologique exemplaire, qui dépasse de loin ses enjeux strictement médiatiques. C’est la première fois dans l’histoire qu’un mouvement d’opinion de grande ampleur, allant jusqu’à rassembler près de 4 millions de personnes dans la rue, adopte comme bannière une image et une devise issues de Twitter. On peut y lire le signe d’un basculement consommé de la société dans l’hypersphère. Quand bien même le nombre d’utilisateurs actifs sur la plateforme est encore très inférieur à celui des téléspectateurs ou des lecteurs de PQR, le rapport de force entre les sphères médiatiques s’est, sinon inversé, du moins rééquilibré : les “grands médias” sont de plus en plus contraints de suivre le web, et un hashtag peut désormais voyager bien au-delà de la plateforme et même de l’Internet, jusque dans la rue. En bref, il n’est plus besoin d’être sur Twitter pour que nos actions ou nos représentations soient en partie influencées par ce qui se passe sur Twitter…

Lire la suite

Pour citer l’article :

Louise Merzeau “#jesuischarlie, ou le médium identité”, Médium, Charlie et les autres,       N°43, 2015/2, p. 36-46.

1ère rencontre Lab Ina DL Web dédiée à l’archivage des RSN Attentats Paris

La première rencontre du Lab InaDLWeb  se déroulera le 1er Avril de 15h à 17h30 dans les emprises de l’Ina, sur le site de la BnF François-Mitterrand.

La séance portera sur les problématiques et enjeux liés à la collecte, à l’archivage et au traitement des  Tweets produits et diffusés en réaction aux attentats de 2015 à Paris ainsi que sur l’usage de la collection pour et par la recherche . 

Déroulé de séance :

15h00-15h45:  Présentation des modalités de collecte , indexation, archivage par l’Ina d’un corpus de plus de  20 M de  tweets en lien avec les événements

-15h45-16h30 :  Présentation des outils  existants de traitement et visualisation du corpus 

– 16h30 -17 h30 : « Hands on » /Travaux pratiques  : Accès à l’interface de consultation des Tweets archivés depuis ordinateurs portables individuels  pour prise en main et analyse

-17h30-18h00 : discussions, échanges, expression des besoins

« Je ne suis pas Charlie ». Pluralité des prises de parole sur le web et les réseaux sociaux

Romain Badouard. « Je ne suis pas Charlie ». Pluralité des prises de parole sur le web et les réseaux sociaux. Le Défi Charlie. Les médias à l’épreuve des attentats, 2016. <hal-01251253>

Résumé : Les attentats des 7, 10 et 11 janvier 2015 ont suscité une vive émotion au sein de la population française et dans les médias. Cette émotion s’est notamment exprimée à travers le slogan « Je suis Charlie », que l’on a retrouvé sur les réseaux sociaux, sur les pancartes des manifestants, en Une des quotidiens ou sur les bandeaux des chaînes de télévision. Sous cette unanimité de façade, des voix discordantes ont cherché à se faire entendre pour dire que, si elles condamnaient sans réserve les attentats, elles n’étaient pas Charlie. Dans les grands médias, il faudra plusieurs jours aux journalistes pour interroger et rendre compte de cette polyphonie. Sur le web à l’inverse, les « anti-Charlie », les « non Charlie » et les « Charlie mais » se font entendre quasi instantanément après l’annonce des attaques, à travers des hashtags, des groupes Facebook, des posts de blogs. Au début du mois de février 2015, nous avons analysé des centaines de prises de position sur le web et les réseaux sociaux, s’exprimant à travers une grande diversité de contenus, en cherchant à comprendre qui étaient les « Je ne suis pas Charlie », et quelles étaient leurs motivations pour affirmer des positions à rebours d’une supposée « unité nationale ». Ce sont les résultats de cette étude qui sont livrés dans ce chapitre.

Olivier Ortelpa 11 janvier 2015 CC BY-SA 2.0

photographie d’Olivier Ortelpa
11 janvier 2015
CC BY-SA 2.0

AAC Technologies numériques et diffusion de l’information pendant les périodes de conflit et de crise dans le monde

Revue Communication, technologie et développement

Appel à contributions du numéro « Technologies numériques et diffusion de l’information pendant les périodes de conflit et de crise dans le monde » coordonné par Christian Agbobli, Katia Maria Belisario, Jean-Jacques Bogui.

Call for papers of the issue “Digital technologies and the dissemination of information in conflicts and crises times in the world”, coordinated by Christian Agbobli, Katia Maria Belisario, Jean-Jacques Bogui. Please kindly circulate it in your networks.

Date limite: 30 avril 2016

AAC / Call for paper  

Le défi Charlie

Le Défi Charlie. Les médias à l’épreuve des attentats

Sous la direction de Pierre Lefébure et Claire Sécail

« Je suis Charlie »… Du 7 au 9 janvier 2015, la France a basculé dans la tragédie et une nouvelle ère politique et sociétale.

defi_charlie_couv_1_-_petit-555beAprès l’effroi sont venus les temps de la communion, mais aussi des débats tout azimuts : liberté de la presse, droit au blasphème, place spécifique de l’islam, théories du complot (liste non exhaustive). Un an après cet événement inouï, des chercheurs (historiens, sociologues, politistes) explorent toutes les facettes médiatiques de cette tragédie qui endeuille toujours et marquera plus longtemps encore le pays. En étudiant le traitement à chaud des médias, le lecteur découvre et réfléchit sur la sidération, la communion et la colère d’une société.

voir le site de l’éditeur